Commentaires récents

    Foire Aux Questions

    Qu’est-ce qu’un thérapeute émotionnel ?

    • Le mot Thérapeute vient du grec ancien et veut dire « celui qui soigne ou prend soin de quelqu’un ». Le thérapeute émotionnel guide le client à traverser des épreuves qui sont encore sensibles et pour lesquelles celui-ci a demandé de l’aide. Les techniques brèves sont les plus appropriées pour le client qui souhaite améliorer sa qualité de vie. Par éthique, le thérapeute a toujours à l’esprit le bien-être et la sécurité de son client.
    • Durant l’entretient préalable, le thérapeute avise le client qu’il va être amené à sortir de sa zone de confort, et qu’il lui offrira les moyens nécessaires pour expérimenter une meilleure qualité de vie.
    • L’intégrité personnelle et relationnelle, ainsi qu’une formation adéquate aux outils, forment la base, lorsque l’on choisit de servir une clientèle dans le domaine du bien-être.
    • Le thérapeute émotionnel n’a pas de formation médicale et ne posera en aucun cas de diagnostique. Il n’est ni habilité, ni compétent pour conseiller son client par rapport au traitement médical que celui-ci pourrait suivre. Le thérapeute émotionnel s’adresse à une clientèle « fonctionnelle », qui cherche un mieux-être. Cette approche ne conviendrait pas, par exemple, à une personne qui n’est plus capable d’aller travailler car son estime d’elle même est diminuée ou dont les pensées négatives sont dominantes.
    • Si un client semble avoir de la difficulté à mener une vie normale, le thérapeute lui conseillera systématiquement d’aller consulter un professionnel de la santé mentale. Le thérapeute pourra travailler conjointement avec le professionnel en santé mentale, si le client le souhaite, pour le guider vers plus de bien-être. Le traitement des maladies mentales relève des médecins et spécialistes.

    Quand dois-je être guidé par un thérapeute, praticien EFT ?

    Lorsque :

    • L’émotion ou le ressenti physique est intense et vous souhaitez être accompagné.
    • Vous avez besoin de vous concentrer complètement sur vos émotions sans vous soucier de la technique à utiliser.
    • Vous avez essayé plusieurs fois par vous même, ou accompagné, mais n’avez pas obtenu les résultats escomptés. Peut-être qu’au niveau inconscient, un bénéfice secondaire ou une inversion psychologique vous empêchent d’atteindre vos objectifs.
    • Vous acceptez de sortir de votre zone de confort pour aborder chacune des facettes de ce qui vous préoccupe.
    • Vous êtes en confiance pour aborder des sujets sensibles, dans une écoute bienveillante.
    • Vous souhaitez découvrir de nouvelles approches efficaces.
    • Vous ne savez pas par quel bout aborder votre problème.
    • Vous ne connaissez pas assez les techniques pour les utiliser seul.

    Quels sont les bénéfices de ces approches ?

    L’EFT et l’hypnose permettent :

    • D’évoluer à votre rythme vers vos objectifs de croissance personnelle.
    • D’atténuer certaines douleurs physiques et émotionnelles de manière rapide, sans devoir nécessairement prendre de médicaments.
    • De stimuler au niveau de l’inconscient, vos ressources intérieures.
    • D’augmenter votre créativité, votre confiance en soi et estime de soi.
    • De faire taire votre « critique intérieur » qui vous incite à saboter vos initiatives.
    • De connecter l’esprit et le corps afin d’effacer les émotions négatives inutiles, tout en optimisant l’état physiologique du corps.
    Quels sont les effets secondaires ?

    Après une séance vous pouvez :

    • Ressentir une détente/fatigue similaire à celle ressentie après un massage.
      Voir les évènements sous un autre angle. Une fois les émotions négatives atténuées, on voit les faits de manière plus objective.
    • Avoir d’autres souvenirs qui vous reviennent à l’esprit. Si ces souvenirs éveillent des émotions négatives, faite une « ronde de base » ou contacter votre thérapeute.
    • Avoir soif. Les techniques stimulant l’énergie des méridiens nécessitent d’être bien hydraté, pendant et après la séance.
      Faire des rêves dont vous vous souviendrez au réveil.

    L'EFT

    Qu'est-ce que l'EFT ?

    Même si vous ne connaissez pas encore l’EFT, peut-être avez vous entendu parler de thérapies telles que l’acupuncture (utilisée depuis plus de 5000 ans), la réflexologie ou la kinésiologie. Toutes ces techniques font partie de la famille des thérapies énergétiques, utilisées en Inde et en Chine comme médecine traditionnelle. Elles consistent en un rééquilibrage des flux énergétiques qui circulent le long des méridiens. Cet équilibre est nécessaire pour maintenir le bon état physique et émotionnel de l’organisme. On pourrait dire que l’EFT est une version moderne, issue de ces thérapies.

    Ce que n’est pas l’EFT
    • L’EFT n’est pas une baguette magique qui résoudra tous vos problèmes en une séance.
    • Ni du coaching, où l’on vous aide à définir vos objectifs.
    • Ni un remède ou une thérapie, au sens médical du terme.
    Dans quel contexte l’EFT fonctionne t-il le mieux ?

    L’EFT fonctionne le mieux lorsque l’on adresse les problématiques de manière spécifiques plutôt que générales. Si une personne vient consulter car il n’a « le goût de rien », la problématique est trop vague et devra être précisée. On utilisera la métaphore de la table, pour expliquer à la personne que pour obtenir un résultat significatif et positif, il faut désensibiliser les principaux souvenirs ou ressentis en rapport avec la problématique. Si la personne veut se défaire d’une croyance « je ne suis pas bonne », on utilisera la métaphore du palais pour expliquer comment, avec le temps nous avons réduit notre zone de confort.

    Un test est systématiquement effectué après chaque étape de la technique, pour valider que, grâce au travail, la personne a pris des distances par rapport à la situation.

    Les métaphores

    La métaphore est utilisée lorsque l’on s’adresse à l’inconscient pour enlever des croyances ou des blocages. Images et symboles sont le langage de l’inconscient et les métaphores sont l’accès privilégié à l’inconscient comme nous pouvons l’expérimenter dans les rêves.

    Métaphore de la table
    Pour travailler efficacement en EFT, on doit être spécifique.

    Lorsqu’une personne consulte pour une problématique trop générale, on va comparer son problème au dessus d’une table massive. Si l’on essaie de briser cette table en tapant sur le dessus, les chances de réussites sont minces. Par contre, si l’on s’attaque aux pieds qui la soutiennent, on en fragilisera la stabilité et la table s’effondrera sans avoir eu besoin de les briser tous. Les pieds sont les différents évènements qui soutiennent le problème et l’on commencera à désensibiliser les plus gros et les plus anciens, en premier.

    Métaphore du palais
    L’inconscient peut être comparé à un palais. Lorsque nous naissons, nous avons accès à toutes les pièces du palais. Chaque fois que nos éducateurs nous transmettent leurs croyances, c’est comme s’ils l’écrivaient sur le mur d’une des pièces du palais et en condamnaient la porte. De la naissance jusqu’à l’âge environ de 7 ans, le cortex préfrontal, qui permet d’exercer un esprit logique et critique, n’est pas fonctionnel. Durant cette période nous « absorbons comme une éponge » et ces croyances sont sauvegardées, sans aucun filtre, dans l’inconscient. À l’âge adulte, nous n’habitons plus que quelques pièces du palais, les autres restent inaccessibles jusqu’à ce que l’on se libère de nos croyances en utilisant des outils comme l’EFT.

    Inversion psychologique

    Une inversion psychologique est une tendance à croire que l’on agit dans notre plus grand intérêt dans une situation donnée, alors qu’en fait les actions que l’on prend nous nuisent. Par exemple, aller jouer au casino lorsque l’on a des problèmes financiers en pensant gagner de quoi solder nos dettes ; croire qu’aller dévaliser les magasins donne un sens à notre vie ; croire que la fin d’un repas s’accompagne systématiquement d’une cigarette, et penser que l’on rehausse un moment de plaisir, alors que l’on nuit à notre santé.

    Les bénéfices secondaires

    Les habitudes qui nous affectent au quotidien, et que nous n’avons du mal à changer, n’ont pas que des inconvénients conscients. De manière à priori surprenante, ils possèdent des bénéfices inconscients que l’on appelle « bénéfices secondaires ». Ces bénéfices nous empêchent de résoudre nos problèmes par notre seule volonté. Par exemple lorsqu’une personne n’arrive pas à arrêter de fumer alors qu’elle est convaincue de la nocivité de la cigarette. De quoi serait privée cette personne si elle devenait abstinente : de faire quelques pauses dans sa journée de travail pour retrouver ses amis fumeurs ? de la contenance que lui donne la cigarette et du plaisir sensuel de la porter à ses lèvres ? Ce pourraient-être des bénéfices secondaires. Dans son livre Libération émotionnelle EFT, Jean-Michel Gurret parle des 7 bénéfices bénéfices secondaires capitaux, dont voici un résumé :


    La loyauté familiale

    « si je perds, je reste fidèle à ma famille. Si je réussis, je trahis ma lignée ». Tenter de faire quelque chose qui nous démarquerait considérablement de notre famille comme essayer être mince lorsque toute la famille est en surpoids. Vouloir réussir en affaires dans une famille constituée de fonctionnaires.

    La protection
    « Tant que je ne fais rien, je suis en sécurité ! »

    C’est la peur de l’échec qui suscite le rejet et les critiques, mais aussi la peur de la réussite qui fait des envieux et des jaloux.

    La punition
    « Si je souffre, je purge mes fautes »

    Le besoin inconscient de se punir de quelque chose. Certaines douleurs chroniques persistent car la personne veut inconsciemment se punir.

    L'amour
    « Si je souffre, je suis aimé »

    Préférer inconsciemment souffrir pour avoir l’attention et l’amour des autres. La souffrance de l’autre engendre la compassion. Du point de vue inconscient, guérir c’est perdre l’amour de l’autre, ce qui pourrait être encore plus douloureux.

    L'identité
    « Si je lâche mon problème, je n’existe plus ».

    Ce bénéfice secondaire est souvent présent avec la loyauté familiale.

    La routine
    « Si j’entretiens mon problème, je me rassure ».

    Le problème est une habitude qui occupe l’esprit de la personne, lui permettant ainsi d’éviter un autre problème qui peut lui apparaître plus terrifiant.

    L'alibi
    « Si je règle ce problème, je devrais affronter quelque chose de plus difficile encore ».

    Préférer consacrer toute son énergie, son temps et ses pensés à son travail, peut-être même au détriment de sa santé, pour ne pas voir que la vie de couple est un échec.

    L’hypnose
    [themeone_toggle active= » » title= »En quoi l’hypnose est-elle complémentaire à l’EFT ? » icon= » » color= »#2d85f0″]
    Les séances d’hypnose sont comme des baumes que l’on applique sur une blessure après l’avoir nettoyée de manière « laser », avec l’EFT.

    Plusieurs types d’hypnoses répondent à différents besoins. Florence Dalmau travaille avec l’hypnose Éricksonienne et l’hypnose humaniste.

    En hypnose humaniste, la Thérapie Symbolique Avancée (TSA) travaille avec les égrégores, le client peut retrouver plus de confiance et soi, d’estime de soi, arrêter l’auto-sabotage et développer sa créativité.

    [/themeone_toggle]

    [themeone_toggle active= » » title= »L’hypnose Éricksonienne » icon= » » color= »#2d85f0″]
    L’hypnose éricksonienne est issue de la pratique de Milton Erickson, un psychiatre américain (1901-1980). Cet outil était utilisé dans le cadre de traitements psychiatriques et médicaux.

    L’hypnose éricksonienne est contre-indiquée aux personnes représentant une personnalité limite (tendance psychotique) en raison du risque de décompensation, lié aux inductions hypnotiques conçues pour « couper la personne en deux ».

    L’hypnologue utilise un langage différent lorsqu’il parle aux parties conscientes et inconscientes du client, ce qui demande à ce dernier de savoir lâcher prise, de se laisser aller et d’accepter que quelqu’un agisse sur son inconscient.

    Cette forme d’hypnose a donné naissance à de nombreux courants de psychothérapie moderne plus orientés vers le bien-être : thérapie familiale, thérapie brève (stratégique, systémique) ou la programmation neurolinguistique (PNL).

    Les bienfaits d’une séance d’hypnose Éricksonnienne, se manifestent lorsque la problématique surgit :

    • Augmentation de l’énergie et du bien-être
    • Sommeil réparateur
    • Facilitation de l’accouchement

    [/themeone_toggle]

    L’hypnose humaniste

    Olivier Lockert et Patricia D’angeli sont à l’origine de l’hypnose humaniste, telle qu’enseignée à l’IFHE.

    L’hypnose humaniste est une philosophie de vie et une approche qui favorise un état de conscience augmentée. La transe est induite par l’activation des sens, comme on pourrait le vivre dans une méditation dirigée. Le client reste tout au long de la séance conscient d’être présent dans la pièce, avec le thérapeute.

    Cette approche favorise le dialogue. Le client va être amené à décrire, parfois sous forme de symboles, ce qui lui vient à l’esprit. Les symboles et images qui sont le langage de prédilection de l’inconscient, sont largement utilisés en hypnose humaniste.

    Cette approche permet d’améliorer la confiance en soi, l’estime de soi, la créativité, et de diminuer la tendance à l’auto-sabotage en faisant intervenir des personnages (égrégores) comme l’enfant, le féminin, le masculin, le critique intérieur.

    Lorsque la personne souhaite accroitre certaines capacités ou enlever des blocages, on utilise la métaphore du palais pour expliquer comment on se libère de croyances limitantes.



    Le langage non verbal

    Quel est l'objectif de la synergologie

    Un vide académique

    La science du non verbal se trouve devant un vide académique au moment de désigner son objet. Le mot « non verbal » ou « non-verbal » n’existe pas dans le dictionnaire.


    Un vide sémentique

    Distinction entre langage non verbal et communication non verbale.

    La communication non verbale signifie que plusieurs personnes communiquent et que le non verbal est une partie de la communication.

    Le langage non verbal est plus large que la communication car cela inclus ce que la personne nous permet de comprendre d’elle même si nous ne sommes pas en communication. Par exemple, lorsque je regarde une personne marcher, sa statue (le corps), son habillement, son parfum donnent des informations non verbales alors que je ne communique pas avec la personne.


    Un vide heuristique face à l’objet non verbal

    Définition : Heuristique : Partie de la science qui concerne la découverte des faits. En pédagogie, la méthode heuristique consiste à faire découvrir à l’élève ce qu’on veut lui enseigner. En informatique, l’heuristique est une méthode de résolution de problèmes, non fondée sur un modèle formel et qui n’aboutit pas nécessairement à une solution.

    – 1e constat l’absence de distinction entre langage corporel et langage non verbal
    Le langage non verbal ne peut être à la fois l’objet à étudier et la méthode d’analyse (similitude avec l’astre qui est l’objet à étudier et l’astrologie est la méthode d’analyse)
    – 2e constat Langage corporel et langage non verbal ne sont pas synonymes (le rapport aux distances, odeurs, couleurs ne fait pas partie du langage corporel)
    – 3e constat le conscient et mi-conscient ne sont pas distingués par la science (ex : lorsque l’on prend un verre d’eau, la science a démontré que l’on se rend compte que l’on a soif après avoir saisi le verre et non avant)


    Un vide conceptuel

    L’étroitesse des conceptions liées à leur temps, empêchent de déceler la véritable nature du non verbal.

    • « non verbal » ne permet pas d’autonomisation par rapport au langage verbal (ablatif)
    • point de vue épistémologique (cybernétique). l’idée que la communication doit prendre une forme linéaire (au moins un message entre un émetteur et un récepteur) alors que dans la communication humaine
    1. les préceptes (paquets d’informations) sont envoyés conjointement,
    2. le corps en action (préconscient) précède la communication verbale consciente.
    3. la communication se fait à un niveau conscient et non conscient.
    4. celui qui écoute n’est pas un récepteur car il émet continuellement de l’information et le message le plus riche n’est pas toujours le message verbal
    • la linguistique fait émerger l’objet non verbal (kinésique) qui pense que le non verbal ne sert qu’à renforcer, nuancer ou contredire les mots.
    • théories systémiques (Pablo alto) offrent un horizon de sens mais ne permettent pas de faire la différence entre langage et communication. La métaphore de l’orchestre est bonne mais si le non verbal de la personne qui est « ailleurs » est interprété par rapport à l’orchestre, l’analyse est fausse. La synergologie y répond avec les « 8M »
    • Le non verbal dans le champ de la psyché : occultation de la dimension préverbale. La psychologie hégémonique utilise le non verbal comme voie privilégiée pour décoder les émotions.


    En quoi la démarche synergologique est-elle une démarche scientifique ?

    La scientificité de la synergologie est décelable à trois niveaux :

    1. La façon dont l’information non verbale a été découpée.

    1. La synergologie porte d’abord trois regards complémentaires sur l’être humain :

    • Un regard sur la totalité de l’être humain. La Statue.
    • Un regard sur ses émotions à travers ses mouvements : L’Attitude intérieure.
    • Un regard sur les micros détails de sa communication : les micromouvements.

    2. La synergologie fait attention à bien mesurer ce qui est de l’ordre de la communication (systémique) par rapport à ce qui est lié ce que nous sommes (analytique).

    3. La synergologie mesure des ouvertures et des fermetures.

    4. Elle distingue l’expression hyper et hypotonique d’émotions positives et négatives soit 8 groupes d’émotions.

    5. Le corps de l’être humain est tronçonné en 8 segments pour être appréhendé plus facilement.

    6. La dimension triple de l’axe de la tête est pris en considération.

    7. Le positionnement des mains et des pieds (pronation et supination) est pris en considération.

    8. La gestuelle de l’être humain est découpée en 4 modes de gestes possibles qui peuvent se compléter

    9. La droite et la gauche du visage et du corps sont distinguées dans la communication.

    10. Toutes les micros réactions visibles du visage sont prises en compte.

    11. Les trois attitudes possibles des mains sur le visage ou le corps sont distinguées. 12. Le mouvement des yeux est découpé en 4 quadrants.

    13. Le corps et les membres sont découpés en 4 faces selon la manière dont ils abordent l’environnement.

    14. Les mains sont découpées en 4 faces. Chaque doigt intervient selon une logique significative.

    15. Les gestes décrivent nos attitudes dès que nous utilisons des accessoires. L’information non verbale peut être abordée sérieusement parce qu’elle a d’abord été découpée rigoureusement. La communication non verbale naît de l’addition d’informations non verbales parcellaires convergentes.


    2. Les propositions émises.

    Une fois appréhendée, l’information est découpée en items.
    a. la synergologie découpe la totalité du non verbal d’un être humain en un certain nombre d’items.
    b. Ces items sont clairement et objectivement identifiables.

    Lorsque ces items sont observés à la vidéo, un synergologue distingue entre 15 et 20 items différents en une seule seconde. Ex d’items :
    La tête est légèrement penchée à droite dans son axe latéral.
    La personne regarde avec l’œil gauche.
    La fente palpébrale inférieure des deux yeux se rétracte.
    La pupille droite se dilate davantage que la gauche
    Les ailes du nez sont rétractées.
    La personne parle en employant la main gauche.
    Son geste est projectif.

    Ce qui lui permet de classifier l’information dans la grille émotionnelle en huit catégories. Ce qui est particulièrement important pour toutes les émotions qui traduisent le mensonge. Le discours dit une chose et le corps en montre une autre. Le langage conscient et le langage non conscient sont alors classifiés dans deux catégories différentes et contradictoires. Ces hiatus font tout l’intérêt de la synergologie.
    Ces items sont regroupés les uns avec les autres dans la méthode dite des assattes.
    Assattes : Littéralement « association d’attitudes ». La méthode des Assattes permet en synergologie de quantifier les indices qui permettront de proposer un horizon de sens.

    Le principal écueil de la synergologie est l’écueil de l’intuition.
    Généralement les intuitions sont bonnes conseillères, mais il arrive que nos intuitions nous trompent.
    En synergologie si notre intuition nous trompe, c’est souvent parce que lorsque nous observons une personne, nous faisons confiance à notre intuition sans prendre la précaution de contrôler vraiment ce que nous pensons , que nous nous trompons.

    La méthode des Assattes permet de faire une analyse synergologique scientifique en faisant la part de l’induction et celle de l’inférence.. Mais prenons plutôt un exemple concret. Vous croisez une personne et il vous semble qu’elle est triste. Comment savoir clairement que sa tristesse est une tristesse réelle ?
    La tristesse doit être mesurée.

    Ex : Si vous dites qu’un être humain est triste parce qu’un des coins de sa bouche tombe et que vous concluiez sur la tristesse à partir de ce seul indice, ce seul item, vous ne pouvez pas dire que votre observation est très riche de sens : Vous qualifiez cette attitude avec un Assatte 1.
    Nous dirons que cette personne est triste avec un Assatte 1 (un coin tombant de la bouche). C’est très pauvre. Et cette observation n’a pas réellement de sens.

    En revanche si vous dites que cette personne est triste parce que les deux coins de sa bouche tombent (vous avez 2 items), parce que sa paupière gauche est fermée(1 item) , qu’il ne cligne plus des paupières(1 item), que vous discernez les blanc sous ses yeux(1 item), que l’extérieur de ses sourcils tombe(1 item), que ses lèvres sont blanches(1 item), que ses épaules sont tombantes (1 item), que l’axe sagittal de sa tête tombe (1 item) , qu’il vous dévisage de l’œil droit dans son axe rotatif (1 item) , enfin que sa statue est fermée (1 item) et que son croisement de jambes vous est extérieur (1 item). Cette tristesse est qualifiée avec un Assatte 12. C’est là un indice riche de la fermeture de votre interlocuteur. Vous allez pouvoir plaider sur sa tristesse sans risque de vous tromper.

    Nous distinguons en Synergologie
    Les Assattes pauvres : 1 à 4
    Les Assattes modérées : 5 à 7
    Les Assattes riches : à partir de 8.

    Si nous projetons sur la personne observée nos propres états, alors que la personne n’éprouve pas l’émotion que nous décrivons, l’assatte que nous allons dégager sera une assatte pauvre. De nombreux éléments ne seront pas congruents avec ce que nous pensions observer. Des tableaux de classification d ‘émotions permettent au synergologue d’être à peu près certain de ne pas se tromper.


    3. Le mode de validation des propositions.

    Pour être certain que toutes les observations synergologiques soient bien réelles, la synergologie se sert du critère de falsifiabilité mis en œuvre par Karl Popper pour les critiquer (Cf : Karl Popper : la logique de la découverte scientifique, Payot 1972). Pour lui , une théorie n’est scientifique qu’à la condition expresse que ses vérités puissent être contestées par l’observation. C’est donc la possibilité de réfuter par l’expérience (ou « falsifiabilité ») qui fait la valeur de la scientificité de la proposition.
    Une théorie est scientifique si elle peut être « mise à l’épreuve », si elle est « testable » ou « falsifiable ».
    Prenons un exemple : 100.000 cygnes blancs sur un lac ne permettent pas de dire que la proposition « tous les cygnes sont blancs » est une proposition vraie. En revanche un seul cygne noir sur un lac permet de dire que la proposition tous les cygnes sont blancs est une proposition fausse.

    L’attitude scientifique est une attitude critique qui ne cherche pas des vérifications mais tout au contraire des tests qui peuvent réfuter la théorie.

    Appliquons le critère de falsifiabilité aux propositions synergologiques : Si nous émettons l’hypothèse comme nous le faisons : « Tous les gens joyeux ont systématiquement la fente palpébrale inférieure de leurs deux yeux relevée, ne laissant jamais voir le blanc de l’œil sous l’œil ». Nous donnons les moyens de falsifier l’hypothèse, car il suffirait qu’un pourcentage significatif de fentes palpébrales ne soit pas relevé alors que les personnes sont manifestement heureuses pour invalider notre hypothèse. Une proposition synergologique n’est véritablement synergologique que si elle peut être falsifiée. L’erreur, loin d’être un manque est une étape nécessaire du développement du savoir. Toutes les propositions synergologiques émises dans les formations ont subi le test de falsifiabilité.

    Il semblerait donc bien que la synergologie ait un fondement scientifique et non purement psychologique.


    Comment la théorie de la relation nous conduit-elle vers le lexique corporel ?

    Pourquoi ne se sert-on pas des items synergologiques pour décoder le mensonge ?

    Il y a 3 champs en synergologie.
    • Champ des émotions dans lequel il y a de la congruence et de la dissonance (sincère ou pas) – ressenti
    • Champ de la relation : on est authentique ou pas (transparent ou opaque)
    • Champ du mensonge : on dit la vérité ou mensonge.
    Le champ du mensonge

    Dans le champ du mensonge, on ne se sert pas des items mais de l’ACOR

     

    A - Actif

    Actif – se mesure avec les yeux : est-ce que l’on peut focaliser (regarder l’autre) ou défocalise (ne pas regarder l’autre comme à tendance à le faire un introverti) de manière active ou passive. Un menteur focalise de manière active. Défocalisation active : je ne cligne pas des paupières car je ne suis pas détendue car je quitte l’autre pour me sauver . Défocalisation passive : je quitte l’autre en clignant des paupières. Focalisation passive : je regarde l’autre mais mon regard est un peu vide car je suis dans mon monde. On ne peut pas mentir en étant dans la lune car il faut être très attentif pour mentir ! Focalisation active : le menteur est hyper attentif et donne l’impression d’être détendu.


    C - Cognition incarnée

    Cognition incarnée : est-ce que je retourne dans mon corps lorsque je raconte quelque chose pour retrouver des souvenirs et sensations. Lorsque je mens, j’utilise des bouts de souvenirs et sensations vécus pour construire l’histoire. Ce n’est pas la même zone du cortex qui est activée que lors d’un mensonge.


    O - Occurrence corporelle

    Occurrence corporelle : une occurrence est quelque chose que l’on voit constamment. Il y a un bassin d’occurrences corporelles commun visible lors du mensonge (geste d’engramme, manque de clignements d’yeux, défocalisation active, n’entend pas ce que dit l’autre car il se concentre sur son discours).


    R - Rythme

    Rythme : un menteur a besoin de se concentrer, il ne peut pas faire d’autres gestes avec ses doigts ou faire autre chose de manière détendue car il est déjà en train de se concentrer et de mentir. Son rythme est très binaire.

     

    Que représente le comportementalisme et comment est-il lié à la synergologie ?

    Qu’est-ce qu’une émotion et à quoi sert-elle pour un synergologue ?

    Qu'est-ce que la classification synergologique ?

    Quelles qualités doit développer un synergologue pour être un bin synergologue ?

    Synergologie et latéralité, qu’y a-t-il a en dire ?

    L'asymétrie cérébrale

    En neurosciences cognitives, l’asymétrie cérébrale désigne l’inégale implication des deux hémisphères du cerveau dans les différentes fonctions mentales. Dans leur anatomie générale, les deux hémisphères sont très semblables mais il existe un certain nombre de caractéristiques plus fines qui les distinguent l’un de l’autre. Le lien entre ces différences structurelles et les différences fonctionnelles reste mal compris.


    Pourquoi la synergologie est-elle une discipline plutôt qu'une méthode ?

    Méthode ou discipline ?

    Méthode : Marche rationnelle de l’esprit pour arriver à la connaissance ou à la démonstration d’une vérité : La méthode se différencie de la théorie. Ensemble ordonné de manière logique de principes, de règles, d’étapes, qui constitue un moyen pour parvenir à un résultat : Méthode Discipline : Branche de la connaissance pouvant donner matière à un enseignement ; matière : Les disciplines littéraires. Ensemble de lois, d’obligations qui régissent une collectivité et destinées à y faire régner l’ordre ; règlement : Se plier à la discipline.


    Comment la synergologie se positionne-t-elle par rapport à la psychologie ?